Professionnels

Comment établir un diagnostic médical ?

En médecine, aucun traitement ne se fait de façon hasardeuse. Il existe une série de disposition à prendre pour un traitement optimal et réussi. C’est le cas du diagnostic médical. Dans cet article, nous vous expliquerons en quoi consiste  le diagnostique médical et comment on peut l’établir.

En quoi consiste le diagnostic médical ?

On désigne par diagnostic médical un processus mis en œuvre par un corps médical et qui permet de confirmer ou d’infirmer la présence d’un mal, d’une maladie ou d’un dysfonctionnement dans l’organisme d’un patient. Cet état de choses permet de savoir quel traitement appliquer au patient.

Lire également : Quel métier de la santé est fait pour moi ?

S’il est vrai qu’il est beaucoup plus pratiqué par le médecin, il faut noter que plusieurs autres soignants peuvent également le poser. Ainsi, avant de conduire un patient au bloc, le chirurgien se doit de poser un diagnostic. La sage-femme devra établir un diagnostic avant toute intervention. Il en est de même pour le dentiste, le kiné et pleins d’autres agents de santé.

Le diagnostic médical : quelles en sont les étapes ?

Un diagnostic réussi peut s’établir en trois étapes essentielles

Lire également : Que savez-vous sur la clinique mutualiste ?

L’Anamnèse

Rassurez-vous ; vous n’êtes pas à une messe de l’église catholique romaine. Ici, ce terme désigne la première étape du diagnostic médical. C’est justement au cours de cette phase que le médecin traitant reçoit le patient et l’écoute attentivement. Le patient sera donc invité à décrire dans les moindres détails ce qu’il ressent et les différents symptômes observés.

En plus de recueillir les informations personnelles du patient, le soignant se doit également de le soumettre à un interrogatoire pour mieux orienter son diagnostic. Il devra également questionner l’entourage du patient au besoin afin de disposer de plus amples informations sur son patient.

L’examen physique

Au bout de la première étape, le médecin se fait généralement une idée de mal dont souffre le patient. L’examen physique intervient donc pour rechercher des signes physiques pouvant l’aider à confirmer son diagnostic.

A ce niveau, en effet, il peut procéder de plusieurs manières. Prise des constantes vitales, température, tension artérielle, pouls, bref, tout sera  vérifié. Transformant l’examen en une inspection, il peut également procéder à une palpation, une auscultation et une percussion des différentes partie du corps et ce, à la recherche du moindre mal.

Les examens complémentaires

Cette dernière phase est facultative. Elle n’intervient que lorsque le soignant n’est pas certain de son diagnostic et souhaite le compléter avec des examens plus poussées. A cet effet, il peut procéder à des bilans biologiques à travers une série d’examens sur les liquides corporels et les tissus biologiques.

Il a également la possibilité d’opter pour l’imagerie médicale qui prend :

  • La radiographie ;
  • L’échographie ;
  • La scintigraphie ;
  • L’IRM.