Hydrocortisone : une avancée majeure dans la prise en charge de la pneumonie aiguë communautaire

Hydrocortisone : une avancée majeure dans la prise en charge de la pneumonie aiguë communautaire

Le Fcrin a effectué une annonce. Cela met en avant les résultats prometteurs émergents quant à l’utilisation précoce de l’hydrocortisone chez les patients en réanimation atteints de pneumonie aiguë communautaire (PAC).

Un espoir pour les patients en réanimation contre la pneumonie aiguë communautaire

L’étude CAPE-COD a été menée par le professeur Pierre-François Dequin du réseau F-CRIN « CRICS-TRIGGERSEP » avec le soutien du CHRU de Tours. Elle met en évidence l’efficacité de l’hydrocortisone dans le traitement des pneumonies aiguës communautaires (PAC). En outre, les enjeux et les avancées de l’hôpital sont également concernés.

A voir aussi : Où trouver des protéines quand on ne mange pas de viande?

Ces infections pulmonaires, contractées en dehors des hôpitaux et d’origine bactérienne ou virale, constituent un enjeu de santé publique majeur. En 2019, près de 490 millions de cas de PAC ont été recensés dans le monde. Le taux de mortalité des patients atteints de pneumonie aiguë communautaire (PAC) est d’environ 10 % en France et dans les pays à revenus élevés. Le taux de mortalité s’élève à près de 30 % pour les patients nécessitant une assistance respiratoire par ventilation mécanique.

L’étude CAPE-COD : des avancées remarquables dans les résultats

L’étude de phase 3 CAPE-COD a examiné l’efficacité de l’hydrocortisone. Il s’agit d’un corticoïde chez les patients atteints de pneumonie aiguë communautaire (PAC) sévère. Cela se base principalement sur la mortalité à 28 jours comme critère d’évaluation. 

A découvrir également : Comment se déclare un cancer du côlon ?

Cette étude multicentrique, en double aveugle, a inclus 795 patients adultes hospitalisés en réanimation pour une PAC grave. Les participants ont été assignés de manière aléatoire à deux groupes distincts :

  • Un groupe recevant de l’hydrocortisone 
  • Un groupe recevant un placebo

Le groupe ayant reçu l’hydrocortisone a enregistré un taux de mortalité de 6,2% à 28 jours, tandis que le groupe placebo affichait un taux de 11,9%. Ces résultats démontrent une survie significativement supérieure dans le groupe traité à l’hydrocortisone.

L’hydrocortisone : une solution efficace et rentable

L’administration de faibles doses d’hydrocortisone pendant 5 jours, en complément des traitements standards par voie intraveineuse, a réduit la mortalité des patients atteints de PAC d’environ 50%. De plus, ces patients ont montré une amélioration plus rapide de leur état de santé, ce qui a permis une sortie plus précoce des services de réanimation.

En fait, cette étude pragmatique utilise un médicament peu coûteux. Elle représente également une avancée majeure dans la prise en charge des patients atteints de PAC sévère. Les professeurs Ferhat Meziani et Stephan Ehrmann, coordinateurs du réseau CRICS-TRIGGERSEP, ont souligné l’importance de cette découverte pour améliorer la qualité des soins prodigués aux patients malades.

Le Pr Pierre François Dequin souligne la nécessité des études supplémentaires pour mieux déterminer les patients les plus susceptibles de bénéficier de l’hydrocortisone. Cependant, cette nouvelle est déjà excellente pour les patients et les médecins. Le traitement est disponible et facile à initier.

Ces résultats sont publiés dans le prestigieux The New England Journal of Medicine. Ils marquent une avancée majeure dans le traitement de la pneumonie aiguë communautaire (PAC). C’est l’une des infections les plus courantes en population générale et en réanimation. L’hydrocortisone pourrait donc jouer un rôle clé dans l’amélioration du pronostic vital des patients atteints de cette maladie.