De l’œil bionique aux implants… La recherche médicale progresse sur plusieurs pistes prometteuses pour combattre les maladies de la rétine. Des scientifiques essayent d’en mettre plein la vue avec un liquide permettant de voir dans le noir ou des lentilles permettant de zoomer.

Un œil bionique

La « rétine artificielle » permet à des personnes ayant perdu la vue de recouvrer des perceptions visuelles. Il en existe trois modèles dans le monde, mais un seul, l’Argus 2 de la société américaine Second Sight, dispose à ce jour d’une autorisation commerciale en Europe pour les patients atteints de rétinite pigmentaire. Il est proposé à 36 patients français dans le cadre du forfait innovation. L’opération chirurgicale et le suivi médical reviennent à 96.000 euros par personne.

Ces dispositifs se décomposent en trois parties : un implant composé d’électrodes, fixées au niveau de la rétine à l’intérieur de l’œil et invisible de l’extérieur, un processeur de la taille d’un téléphone portable et une monture de lunettes sur laquelle est fixée une minicaméra. Les images saisies par la caméra sont retraitées par le processeur, qui commande des impulsions électriques à l’implant. Le signal électrique est ensuite interprété par le cerveau. «

La fin de la presbytie

Des chercheurs américains ont réussi à mettre au point de minuscules implants capables de restaurer la vision chez des personnes atteintes de presbytie. Baptisé Raindrop, l’implant rend le port de lunettes inutile. L’implant se pose dans l’œil. Il est constitué d’hydrogel, une substance composée à 80 % d’eau qu’on retrouve également dans les lentilles. Il augmente la courbure de la cornée et permet ainsi à l’œil de faire à nouveau une mise au point correcte.

Voir dans le noir

licinal

Un groupe de scientifiques amateurs a mis au point un produit capable d’améliorer la vision nocturne après avoir été appliqué sur les yeux. Un groupe de biohackers californiens connu sous le nom de Science for the Masses, a testé le produit. Après en avoir reçu sur les yeux, le cobaye a pu voir dans le noir des formes que les autres ne pouvaient pas distinguer.
Le secret de l’invention porte le nom de chlorine e6 (Ce6), un dérivé de la chlorophylle, le pigment qui donne aux feuilles leur couleur verte significative. Les propriétés de cette molécule sur la vision sont connues depuis longtemps.

Des lentilles de contact avec zoom incorporé

Un chercheur de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne travaille sur une lentille de contact dotée d’un zoom contrôlable par un clignement d’œil.
Ces lentilles fonctionnent en coordination avec une paire de lunettes. Pour passer en mode agrandi, l’utilisateur cligne d’un œil afin que les lunettes activent un filtre polarisé qui va orienter la lumière vers la partie télescopique des lentilles. Un clignement avec l’autre œil coupe le filtre et rétablit la vision normale.