Le problème majeur rencontré lors de l’impression 3D d’organes humains réside dans la création de vaisseaux et ventricules fonctionnels. Pour le résoudre, les chercheurs de l’university de Sydney, Harvard, Stanford et du MIT ont utilisé une imprimante 3D pour créer un squelette de vaisseaux sanguins autour duquel ils ont ensuite ajouté des cellules humaines.

Cette technique devrait permettre aux chercheurs de fabriquer des « organes » en laboratoire grâce au développement de cellules sur le réseau capillaire. Bien qu’on en soit encore loin, certains scientifiques pensent que l’impression 3D permettra la régénération d’organes.