Quels sont les symptômes du diabète gestationnel?

Quels sont les symptômes du diabète gestationnel?

Tout comme les autres types de diabète, il est possible que le diabète gestationnel passe inaperçu. Mais lorsqu’on connaît les symptômes de cette maladie, on peut très vite la détecter et la soigner à temps. Découvrez à travers ce billet les différents symptômes que peut présenter une femme enceinte souffrant du diabète.

Qu’est-ce que le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est une maladie qui débute pendant la grossesse. Il peut apparaître au cours du second trimestre de la grossesse puis disparaître dans les semaines qui suivent l’accouchement. Il est caractérisé par une présence excessive de sucre dans le sang de la femme enceinte.

A découvrir également : 10 méthodes naturelles pour soulager les maux de grossesse

Ce qui est dû à une résistance temporaire à l’insuline qui n’est rien d’autre qu’une hormone produite par le pancréas. C’est cette résistance qui est liée aux hormones que produit le placenta durant la grossesse.

Les symptômes du diabète gestationnel

Les symptômes du diabète gestationnel sont presque identiques à ceux d’un diabète en général. La femme peut avoir une soif intense, une fatigue inhabituelle, des infections urinaires ou une montée de la production d’urine. Certains de ces signes sont assez fréquents pendant la grossesse, même en absence de diabète, ce qui peut prêter à confusion.

A lire en complément : Les risques associés à la grossesse

Mais en plus des symptômes pré-cités, la femme enceinte peut avoir un poids supérieur à la normale. Il existe également certains facteurs de risque du diabète gestationnel chez une femme enceinte. Il s’agit en l’occurrence de l’âge de cette dernière. Généralement, après 35 ans, les femmes sont susceptibles de souffrir d’un diabète gestationnel.

Il y a aussi l’excès pondéral maternel, la prise régulière de corticoïdes. En outre, les femmes ayant des antécédents familiaux de diabète de type 2 ou d’intolérance au glucose peuvent être atteintes du diabète gestationnel. Le syndrome des ovaires polykystiques peut être aussi un facteur à risque. Ces quelques signes devront normalement vous alerter.

Quelles sont les complications que provoque le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel peut entraîner une pré-éclampsie qui se manifeste souvent par une prise de poids. Elle peut se manifester par ailleurs par des œdèmes, une hypertension artérielle ou un risque d’accouchement prématuré.

Chez certaines femmes, le diabète gestationnel provoque des problèmes rénaux. Chez l’enfant, il engendre en plus du surpoids, une détresse respiratoire. Il s’agit d’un manque de maturation des poumons. Il y a aussi des risques d’hyperglycémie et une forte chance que l’enfant développe un diabète de type 2 au cours de sa vie.

Que se passe-t-il après l’accouchement ?

Juste après l’accouchement, dans la majeure partie des cas, le diabète gestationnel disparaît. Mais les femmes touchées par l’hyperglycémie pendant la grossesse devront faire suivre leur taux de glucose sanguin.

Les études ont démontré qu’environ 50 % des femmes atteintes de diabète gestationnel et ayant développé l’hyperglycémie sont susceptibles de souffrir d’un diabète de type 2. Celles en surpoids ou présentant une obésité sont plus touchées par le diabète de type 2 après l’accouchement.

Comment diagnostiquer le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est dépisté à l’aide d’un test de glucose sanguin. Ce test doit être effectué entre la 24ème et la 28ème semaine de grossesse, et parfois plus tôt pour les femmes présentant des facteurs de risque.

Le test consiste à boire une solution contenant une certaine quantité de sucre, puis à mesurer le taux de sucre dans le sang après une heure. Si ce taux est élevé, un deuxième test sera effectué pour confirmer ou non le diagnostic.

Il existe aussi des tests alternatifs qui peuvent être utilisés en cas d’intolérance au glucose ou d’hypersensibilité aux sucres. Ces tests peuvent inclure un régime alimentaire spécifique avant le prélèvement sanguin ou la mesure du taux d’hémoglobine glyquée.

Si vous êtes atteinte de diabète gestationnel, votre médecin peut créer un plan nutritionnel personnalisé ainsi qu’un programme d’exercice physique. Dans certains cas, une insulinothérapie peut être nécessaire afin de contrôler les niveaux glycémiques pendant la grossesse et réduire les risques pour vous-même ainsi que votre bébé.

Les facteurs de risque du diabète gestationnel

Bien que toutes les femmes enceintes soient susceptibles de développer du diabète gestationnel, il existe certains facteurs qui augmentent le risque. Ces facteurs de risque comprennent :

• Obésité : Si la future mère est en surpoids avant la grossesse ou si elle prend trop de poids pendant celle-ci, elle augmente ses chances d’être atteinte par cette maladie gestationnelle.

Antécédents familiaux : Une histoire familiale avec des membres ayant un diabète sucré accroît considérablement le risque pour la femme enceinte.

Diabète précédant une grossesse : Si vous avez souffert d’un diabète auparavant (diabète de type 1 et/ou de type 2), vos chances d’être atteinte par ce trouble lors d’une prochaine grossesse seraient relativement élevées.

Grossesses antérieures compliquées : Si vous avez déjà vécu une perte fœtale tardive, un accouchement prématuré ou encore donné naissance à un bébé pesant plus de 4 kg (9 livres) précédemment, cela peut être un signe précurseur du développement ultérieur du diabète gestationnel.

Si vous êtes concernée par l’un ou plusieurs des facteurs susmentionnés, mais aussi ceux non cités ici, votre médecin pourrait organiser dès lors le dépistage anticipatif afin que toute complication liée au glucose sanguin soit prise en charge sans tarder.