Actu

Comment se déclare un cancer du côlon ?

En France, près de 17 000 personnes décèdent du cancer du côlon. C’est le troisième type de maladie cancérigène le plus développé par les citoyens de l’hexagone. Avant de déclarer le cancer du côlon à un patient, différents examens sont exigés. Découvrez ici comment cela se passe.

Déclarer le cancer du côlon : les symptômes annonciateurs

Dans certains cas, surtout pour les personnes âgées de plus de 50 ans, ce sont les médecins qui exigent un dépistage afin de savoir si l’individu souffre de la maladie. Cela permet, en cas de diagnostic positif, d’effectuer les bilans de santé nécessaires et de mettre en place un traitement rapide.

A lire également : Où trouver des protéines quand on ne mange pas de viande?

En général, ce sont malheureusement les symptômes qui alertent les malades et les poussent à consulter un professionnel de la santé. Entre autres manifestations pouvant attester du cancer de côlon, figure :

  • la constipation ;
  • la diarrhée ;
  • la nausée et le vomissement ;
  • la sensation d’un rectum non vidé, etc.

Puisque plusieurs autres maladies peuvent provoquer ces réactions, il est important de se rendre dans un établissement de santé pour avoir le cœur net.

A voir aussi : Comment prendre la température avec un thermomètre électronique ?

Déclarer le cancer du côlon à la suite des examens

cancer du côlon

Lorsque le patient visite son médecin traitant pour confirmer ou infirmer la maladie, ce dernier le dirige vers le spécialisé en gastro-entérologie. En général, il analyse les parois du rectum à travers un examen appelé coloscopie. C’est ce dernier qui permet d’attester si les symptômes présentés par le patient sont dus ou non au cancer du côlon.

Effectuez un bilan de santé en cas de maladie

Après un examen positif, le médecin traitant peut déclarer le cancer du côlon au patient. Afin de diminuer les infestations et de guérir par la suite le malade, un bilan de santé est demandé. Mais plus concrètement, le bilan permet de connaître l’état de santé du patient. Il renseigne aussi sur les traces de l’ACE (Antigène Carcino-Embryonnaire) dans son organisme.

D’autres analyses complémentaires peuvent être exigées toujours dans le but de préserver la santé de la personne atteinte du cancer. Ainsi, il peut être demandé un scanner de l’abdomen et de la région pelvienne. Selon les besoins du médecin traitant, vous pouvez aussi procéder à une IRM ou une échographie de l’abdomen et de la région pelvienne.

À la suite de ces examens, l’étendue du mal est située et des soins appropriés sont apportés au patient.

Pourquoi faut-il passer l’examen de la coloscopie ?

L’examen permet non seulement de déterminer le mal, mais aussi de savoir s’il est persistant. Avec la coloscopie, votre médecin traitant peut déclarer le cancer du côlon comme affectation de longue durée. Cela vous permet de bénéficier d’une prise en charge des soins de santé par votre compagnie d’assurance maladie.