Une appli pour repérer le mauvais grain

Une appli pour repérer le mauvais grain

Skin Scan est une application qui permet d’analyser l’évolution des grains de beauté.
On prend une photo rapprochée de sa peau et l’algorithme de l’appli mesure tout un tas de paramètres (taille, régularité du contour, variation des couleurs, etc.). Il vous révèle ensuite la carte de vos grains de beauté, une sorte de fiche de santé de chacun d’entre eux. En prenant des photos régulièrement, on peut donc suivre leur évolution. L’appli avertit le jour où l’un d’entre eux mérite d’aller voir un spécialiste. Skin Scan effectue une géolocalisation afin d’identifier les régions où la prévalence du mélanome est importante…

Miroir, suis-je en bonne santé ?

Miroir, suis-je en bonne santé ?

CardioCam mesure les paramètres physiologiques et les signes vitaux grâce à un miroir . Mise au point au sein du MIT Medialab, cette technologie permet de déterminer la fréquence cardiaque ou la pression artérielle par l’intermédiaire d’une simple webcam. Les informations sont données en analysant les modifications de la couleur de la peau.

scout-handScanadu Scout permet permettre de mesurer en temps réel sa température, sa fréquence cardiaque, sa pression sanguine et quelques autres données en plaçant simplement l’appareil sur son front durant une dizaine de secondes. Une application recueille les données et les envoie au médecin.

 

Des nanoparticules au diagnostic

Des nanoparticules au diagnostic

Google X, la branche scientifique de Google, travaille sur un projet de petites pilules permettant une détection précoce de la plupart des maladies.

Des nanoparticules se rapprocheront au plus près des molécules à l’intérieur du corps et pourraient ainsi traquer les maladies pour prévenir le patient. Elles mesureront les changements annonciateurs d’une tumeur ou un accident vasculaire cérébral (AVC) par exemple. Un appareil connecté collectera les données récupérées par ces nanoparticules.
« Nous voulons transformer radicalement le diagnostic médical. (…) Nous voulons passer d’un diagnostic réactif, effectué une fois que la maladie s’est déclenchée, à un diagnostic proactif, qui se ferait tout au long de la vie », a expliqué Google X
Si cette technologie détectera de façon précoce les maladies, en parler l’est aussi. Car le travail n’en est encore qu’à ses balbutiements.