Des enfants de CM2 inventent des nudges santé

Des enfants de CM2 inventent des nudges santé

A l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, une mouche est gravée sur les urinoirs. Comme elle permet aux hommes de mieux viser, les dépenses de nettoyage ont considérablement baissé. Cette astuce est un nuage ou coup de pouce.
Le nuage permet d’aider les gens  à changer de comportement en douceur. Elle évite les méthodes habituelles basées sur la contrainte et la sanction.

Les enfants de CM2 de l’école Saint-Marie située dans le 18 ème arrondissement à Paris ont imaginé des nudges pour améliorer l’hygiène de vie.

Mieux se laver les mains
– Un savon qui fait de la musique.
– Robinet 3 en 1 : eau chaude, eau froide, eau tiède.
– Odeur de fraicheur qui sort du robinet.
– Robinet à eau colorée.
– Mettre des serviettes chaudes qui sentent bon.

Mieux se brosser les dents
– Un dentifrice qui donne envie de dormir (fait avec des herbes apaisantes).
– Brosse à dents qui reste collée si on n’a pas assez brossé.
– Dentifrice au chocolat.
– Brosse à dents avec coque interchangeable (comme pour les téléphones).

Mieux manger
– Lunettes avec une caméra qui donnent les calories.
– Mettre des gâteaux bio dans un emballage de gâteaux gras.

Mieux dormir
– Montre qui dit l’heure d’aller se coucher.
– Tablette numérique à mettre sur le lit avec des moutons qui défilent. On les compte !
– Oreiller qui masse le crâne.

Faire du sport
– Un punching-ball avec la tête d’une personne détestée.
– Chaussure qui fait de la musique quand on court.
– Éloigner la machine à café (obligation de marcher pour y aller).

A vous de jouer maintenant. Faites travailler vos enfants et complétez la liste.
Vous pouvez dessiner les nudges.

La santé imaginaire… Des prospective-fictions sur la santé

Fictions prospectives, la santé imaginaire

Lundi 18 mai 2015 de 17 h. à 18 h. à l’OpenMind Kfé.
Lecture de fictions sur la santé demain par deux comédiens.

— Tu veux un enfant – robot ? Je descends t’en acheter un !

— Non ! je veux un enfant naturel sans défauts.

— Ah, tu veux un Génétiquement modifié. Allez, on remplit tout de suite le questionnaire ! Première question : quel sexe choisissez-vous pour votre bébé ? C’est simple. On veut un garçon.

 

Demain…

  • Est-ce que les assurances nous obligeront à mettre notre corps sous surveillance permanente ?
  • Est-ce que l’hypocondrie deviendra la maladie la plus grave ?
  • Est-ce qu’on pourra modifier les gènes des embryons pour leur attribuer le cerveau d’Einstein ?
  • Est-ce que nos bons docteurs seront remplacés par des gestionnaires de données ?
  • Est-ce que les consultations se feront à distance ?
  • Est-ce qu’on aura des Netflix de la santé pour consommer du médical quand on veut, où l’on veut ?

Ces interrogations transformées en courtes fictions seront lues par Anaïs Hua et Jean-Paul Loyer lundi 18 mai entre 17 h et 18 h à l’OpenMind Kfe.

L’entrée est libre. Vous pouvez venir avec vos collègues, amis, enfants (Ils sont concernés par la santé demain).

 

— Est-ce que tu as compris ce qu’il nous a raconté sur les télomères ?

— Tu me prends pour une buse ou quoi ? Les télomères sont comme une mèche de bougie à l’extrémité des chromosomes. Ils diminuent à chaque fois que nos cellules se divisent. Quand il n’y a plus de mèche, les cellules se suicident et on vieillit.

— Donc, si je te montre mes télomères, tu pourras me dire combien de temps je vais vivre ?

Retour en images sur la soirée vitamine Débat du 9 mars 2015

Retour en images sur la soirée vitamine Débat du 9 mars 2015

Ils ont répondu présent à notre premier rendez-vous : médecins, universitaires, labos, institutions, startups, médias spécialisés, associations… Tous concernés par les enjeux de la santé connectée.

Présentation du déroulement de la soirée

Pour poser vos questions, utilisez au choix, le papier, la tablette ou le smartphone…

Les tableaux connectés nous permettent de collecter les questions de participants

Pour garder la santé, il faut bouger !

Entre deux séquences, les participants sont invités à former de nouveaux groupes

Soiré vitamine Débat : la santé connectée

Fiction minute : lecture d’une prospective-fiction écrite par Anne-Caroline Paucot

Experts de la santé, ou non experts… mais beaucoup de geeks connectés dans l’assistance

Et des participants heureux d’être venus…

PLUS D’IMAGES [FLICKR]    LE TROMBINOSCOPE [PDF]


Demain, les médecins prescriront-ils des applications et objets connectés ?

Demain, les médecins prescriront-ils des applications et objets connectés ?

Capteurs, objets connectés, applications… La santé se connecte. Alors que certains voient dans cette digitalisation, le passage d’une médecine curative à une médecine préventive, de nombreuses questions se posent. Nous vous invitons à venir y répondre ensemble le 9 mars à l’OpenMind Kfé.

Balances en réseaux, montres ou t-shirts connectés… De plus en plus d’objets captent et enregistrent les données corporelles.

Carnet de vaccinations, mesure du taux de glucose, suivi épidémiologique… Des applications gèrent ces informations. En 2014, on enregistre plus 100 000 applications santé.

Les espérances sont nombreuses. Grâce à ces dispositifs numériques, on va pouvoir…

  • Inciter les usagers à adopter des comportements bons pour la santé.
  • Mieux assurer le suivi de sa santé et prévenir les maladies.
  • Faciliter le diagnostic lors de l’enregistrement des symptômes.
  • Améliorer la vie des malades : diminution du temps d’hospitalisation, simplification du traitement…
  • Favoriser les chances de guérison : détection des rechutes, aides au suivi de la prescription…
  • Surveiller l’évolution d’une épidémie.
  • Diminuer les coûts santé.
  • Passer d’une médecine curative à une médecine préventive.

Pour atteindre ces ambitions, de nombreuses questions se posent :

  • Arrêter de fumer, boire, maigrir avec une application ! Un coach électronique va-t-il réellement changer les habitudes de vie ou l’engouement sera éphémère ?
  • Les médecins vont-ils considérer ces objets comme des gadgets ou leur accorder de l’intérêt ?
  • Les mesures et applications sont-elles fiables ? Quels sont les risques liés aux fonctionnements aléatoires de ces produits ? Comment repérer les bonnes applications des autres ?
  • Comment gérer et protéger les données des patients ? Comment les utiliser pour la recherche ?
  • La détection par le patient d’une maladie va-t-elle modifier la relation avec le médecin ? La surveillance à distance va-t-elle augmenter ou diminuer l’isolement de certains patients ?
  • Est-ce que ces dispositifs seront accessibles à tous ? Quels sont les coûts et les gains générés par l’utilisation de ces dispositifs numériques ?
  • Bonus-malus lié au comportement de l’individu, hypocondrie généralisée… Quelles sont les dérives envisageables de la mise sous surveillance permanente de nos corps ? Comment les prévenir ?

Pour y répondre ensemble, nous vous invitons

Lundi 9 mars à 19 h à l’Open Mind Kfé, 110 rue La Boétie, Paris.

 

S’INSCRIRE

Attention ! Afin que tous les participants contribuent à la réflexion, rencontre limitée à 50 participants.