Capteurs, objets connectés, applications… La santé se connecte. Alors que certains voient dans cette digitalisation, le passage d’une médecine curative à une médecine préventive, de nombreuses questions se posent. Nous vous invitons à venir y répondre ensemble le 9 mars à l’OpenMind Kfé.

Balances en réseaux, montres ou t-shirts connectés… De plus en plus d’objets captent et enregistrent les données corporelles.

Carnet de vaccinations, mesure du taux de glucose, suivi épidémiologique… Des applications gèrent ces informations. En 2014, on enregistre plus 100 000 applications santé.

Les espérances sont nombreuses. Grâce à ces dispositifs numériques, on va pouvoir…

  • Inciter les usagers à adopter des comportements bons pour la santé.
  • Mieux assurer le suivi de sa santé et prévenir les maladies.
  • Faciliter le diagnostic lors de l’enregistrement des symptômes.
  • Améliorer la vie des malades : diminution du temps d’hospitalisation, simplification du traitement…
  • Favoriser les chances de guérison : détection des rechutes, aides au suivi de la prescription…
  • Surveiller l’évolution d’une épidémie.
  • Diminuer les coûts santé.
  • Passer d’une médecine curative à une médecine préventive.

Pour atteindre ces ambitions, de nombreuses questions se posent :

  • Arrêter de fumer, boire, maigrir avec une application ! Un coach électronique va-t-il réellement changer les habitudes de vie ou l’engouement sera éphémère ?
  • Les médecins vont-ils considérer ces objets comme des gadgets ou leur accorder de l’intérêt ?
  • Les mesures et applications sont-elles fiables ? Quels sont les risques liés aux fonctionnements aléatoires de ces produits ? Comment repérer les bonnes applications des autres ?
  • Comment gérer et protéger les données des patients ? Comment les utiliser pour la recherche ?
  • La détection par le patient d’une maladie va-t-elle modifier la relation avec le médecin ? La surveillance à distance va-t-elle augmenter ou diminuer l’isolement de certains patients ?
  • Est-ce que ces dispositifs seront accessibles à tous ? Quels sont les coûts et les gains générés par l’utilisation de ces dispositifs numériques ?
  • Bonus-malus lié au comportement de l’individu, hypocondrie généralisée… Quelles sont les dérives envisageables de la mise sous surveillance permanente de nos corps ? Comment les prévenir ?

Pour y répondre ensemble, nous vous invitons

Lundi 9 mars à 19 h à l’Open Mind Kfé, 110 rue La Boétie, Paris.

 

S’INSCRIRE

Attention ! Afin que tous les participants contribuent à la réflexion, rencontre limitée à 50 participants.