«L’impression 3D est un atout pour tout chirurgien, notamment pour les interventions longues», explique  le Pr Julien Pauchot, chirurgien dans le service de chirurgie orthopédique du CHU de Besançon. «Elle permet de mieux préparer une opération, de gagner du temps et de la précision pour un résultat meilleur pour le patient.» Son équipe a été parmi les premières à utiliser l’impression 3D pour fabriquer une copie exacte de la mandibule d’un patient avant sa reconstruction et l’utilise maintenant pour toutes les interventions de ce type.

Ce progrès est le résultat d’une double avancée.

1. L’imagerie médicale
Elle permet  d’obtenir une image en trois dimensions de l’ensemble de l’organisme.  Les images enregistrées sous forme de données numériques sont utilisées pour programmer une imprimante 3D.

2. L’imprimante 3D
Elle pose, l’une après l’autre, des couches de divers matériaux pour fabriquer un objet qui correspond à l’image numérique de départ.
Ces maquettes sont largement utilisées par les étudiants ou les chirurgiens pour s’exercer à des gestes nouveaux ou difficiles.
Un chirurgien de Louisville, aux États-Unis, a récemment pu opérer, rapidement et en toute sécurité, un nouveau-né atteint de quatre malformations cardiaques combinées grâce à une maquette de son cœur qu’il a pu étudier avant l’intervention.
Pour les malformations cardiaques, les médecins observaient jusqu’à présent le cœur des patients grâce à des échographies, des scanners ou des IRM. Ces images en deux dimensions ne révèlent pas toujours les complications structurelles d’un cœur malade. Grâce à la modélisation et l’impression 3D, les chirurgiens peuvent visualiser précisément l’anatomie avant l’opération, ce qui permet de préparer au mieux le geste chirurgical. « Parfois les malformations sont rares et complexes et pour le chirurgien, il est essentiel d’appréhender, de préparer son geste. Avec cette technique, il n’y aura pas de surprise au moment de l’intervention », explique Dr Jean-François Paul, radiologue à l’Institut Mutualiste Montsouris, à Paris.